Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
La trempe chimique

 La trempe chimique

Vitrage trempé chimiquement (V.H.R.) présentant les mêmes caractéristiques que les semi-trempés thermiques.


Rappel sur les vitrages semi-trempés ou vitrage durci

Vitrage ayant subi un traitement thermique particulier augmentant sensiblement sa résistance aux contraintes d'origine mécanique ou thermique (glace d'épaisseur inférieure à 10 mm) (conforme à la norme EN 1863)

. Résistance à la rupture en flexion de 70 Mpa
. Contrainte de travail admissible Mpa (N/mm²)

 
Charges temporaires
Charges permanentes
 Trempe thermique
50
40
 Semi-trempé
35
20


Trempe chimique

Les verres trempés chimiquement ont une résistance aux charges plus forte que les verres trempés thermiquement dès lors qu'aucune attaque ne se manifeste sur la surface du verre (voir ci-dessous la comparaison de comportement entre la trempe thermique et la trempe chimique).

Ils peuvent être considérés "de sécurité" s'ils sont assemblés sous forme feuilletée car, en cas de casse, la fragmentation est la même que celle du verre recuit.

La méthode chimique consiste à immerger le verre dans un bain de sels fondus (KNO pour les verres sodo-calciques).

A partir d'une certaine température (400° C), il y a échange chimique des sels KNO et Na NO . K+ prend la place de Na+ qui est le plus petit, ce qui a pour effet de compresser les faces extérieures et de rendre le verre plus résistant que le verre trempé thermiquement aux efforts mécaniques ou aux différences de températures entre les bords et le centre du verre. La nature des ions dépend de la composition chimique du verre.


Comparaison des contraintes existant dans les verres trempés thermiques ou chimiques

Verre trempé ou durci thermique
Le refroidissement rapide des faces extérieures a pour conséquence, quand l'intérieur refroidit lentement, de compresser les faces extérieures par retrait de l'intérieur et de provoquer des contraintes dans le verre. En cas de casse, la fragmentation sera d'autant plus petite que le verre sera plus trempé.

Verre trempé chimique
Le remplacement en surface du verre des ions de petites dimensions par d'autres plus grands a pour effet d'exercer sur la peau du verre une forte compression qui le rend beaucoup plus résistant que le verre recuit, mais aussi que le verre trempé thermique.

Toutefois, il ne faut pas que la surface soit traversée par une rayure car alors la résistance tombe à la valeur d'un simple verre recuit. Pour des emplois où une valeur importante de résistance est nécessaire (par exemple à grande hauteur d'eau), le verre trempé chimique est utilisé protégé par un verre trempé thermique.

Domaine d'utilisation du verre renforcé chimique

Il est utilisé le plus souvent pour les épaisseurs faibles ( e < 4 mm) et pour les dimensions limitées (selon les dimensions du bain).
Exemples d'application : aviation, matériels blindés, cellules photovoltaïques.


Coût et fournisseurs

Le coût d'un renforcé chimique est de 4 à 5 fois celui d'un trempé thermique.

Pour de plus amples renseignements sur ces coûts et dimensions, se renseigner auprès des deux fabricants français : Glaverbel France et Sully Produits Spéciaux.


Autres caractéristiques physiques de la trempe chimique

- Flèche limitée
- Aucune augmentation de la distorsion optique par rapport au verre recuit.
 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée