Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Miroirs

 L'argenture sur verre

Quelle que soit la technique employée (l'argenture sur table oscillante, ou au pot, l'argenture au pistolet ou les trains d'argenture), le procédé est le même et comporte 4 phases successives. Il s'agit de :

1ère phase
Déposer une couche réfléchissante d'argent obtenu par réduction d'une solution d'un sel de métal
La glace est tout d'abord soumise à un nettoyage par un jeu de brosses travaillant la face à argenter pour la dégraisser et ôter les impuretés. Pour ce faire, on utilise de l'oxyde de cérium dissout dans l'eau. On rince le volume avec de l'eau distillée puis on le fait passer sous une rampe où il reçoit une projection de protochlorure d'étain pour permettre la précipitation de l'argent.

2ème phase
Protéger l'argent par une couche de cuivre
La pellicule d'argent est appliquée sous forme d'une solution de nitrate d'argent, distribuée par des pistolets.

3ème phase
Eviter l'oxydation du cuivre par un vernis.
Cette opération a pour objet d'assurer la première protection chimique de la couche d'argent déposée. Elle s'effectue par pulvérisation le plus souvent. On utilise également le cuivrage électrolytique.

4ème phase
Vernir
Après cuivrage, la glace est séchée, rincée et recouverte d'un vernis qui assure la protection mécanique de la couche d'argent et évite l'oxydation du cuivre.
Le vernissage se fait soit sous des rouleaux, soit sous des pistolets ou encore sous un rideau de vernis.
Le vernis est cuit au four à une température progressive (140 à 160° C).

De nouvelles familles de miroirs sont développées avec un procédé écologique : sans cuivre pour protéger la couche d'argent et sans plomb dans les couches de peinture de protection.
Marques commerciales : Mirox New Generation Ecological (MNGE) ou Miralite-Evolution


Miroir espion

C'est un verre réfléchissant obtenu par pulvérisation cathodique sous vide d'une couche d'oxydes métalliques sur un verre clair.

Il permet la surveillance d'un local à partir d'un autre, sans que l'observateur puisse être vu (avec certaines conditions d'éclairage).

Ce miroir présente une très faible transmission lumineuse et une forte réflexion lumineuse, ce qui amène du côté "local de surveillance" (moins éclairé que le local à surveiller) la possibilité de voir à travers le vitrage sans être vu, et du côté "local à surveiller", un effet miroir ne permettant pas de voir à travers le vitrage.

Transmission Lumineuse (TL) : < 20 %

Réflexion Lumineuse (RL) : 52 % (côté verre) en 6 mm
38 % (côté couche)
 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée