Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Le vitrage isolant

 Comment vit un vitrage isolant ?

L'espace d'air ou de gaz délimité par les verres et l'espaceur d'un vitrage isolant est un système clos sensible aux variations des phénomènes météorologiques.

Les contractions ou dilatations de ce gaz qui résultent de ces variations engendrent des déformations et des contraintes dans les verres.

f = déformations
c = contraintes

Quand il y a dilatation de la lame de gaz, les deux verres tendent à s'écarter. Il y a alors une réaction en traction sur les mastics constituant le joint de scellement.

Cette réaction est maximum au milieu des grands cotés qui, si elle trop élevée, met en péril la durabilité du vitrage isolant.


Phénomènes météorologiques

Si la pression barométrique du lieu de pose est inférieure à la pression barométrique du lieu d'assemblage (à une même altitude), la pression interne (Pa) étant plus élevée, les verres vont se déformer et engendrer une réaction en traction sur le joint de scellement.

Sous la pression du vent (ou de la neige) le joint de scellement sera mis en compression. Ce phénomène n'est pas contraignant pour ce dernier.

Par contre, dans le cas du VEC, quand le vent exerce des efforts en dépression, la réaction en traction sur le joint de scellement qui en résulte s'ajoute aux réactions entrainées par d'autres phénomènes. C'est la raison pour laquelle on augmente, dans ce cas, la hauteur de ce joint.

Quand la température (Ta) de la lame de gaz est inférieure à la température d'assemblage (généralement en hiver) il y a contraction de ce gaz. Les verres tendent à se rapprocher et à mettre le joint en compression.
Inversement, en été, si la températue du gaz est supérieure à la température d'assemblage, l'effet de dilatation entraine une mise en traction néfaste du joint.

En cas d'ensoleillement les verres s'échauffent. Par conduction ils élèvent la température du gazqui alors se dilate. Il en résulte un effort de traction sur le joint de scellement.


Quand le vitrage est posé à une altitude supérieure à l'altitude du lieu de fabrication, la pression baromètrique plus faible engendre une réaction en traction sur le joint de scellement.Il en est de même lors d'un transport routier au franchissements des cols ou lors d'un transport aérien.



Paramètres augmentant les contraintes et les déformations

La réaction en traction sur le joint sera d'autant plus élevée si:
- la longueur du petit coté du vitrage est faible
- les verres sont plus épais
- les absorptions énergétiques des verres sont plus élevées
- l'espace d'air ou de gaz est plus important
- la température de l'air ou du gaz est plus élevée
- la différence d'altitude entre les lieux de fabrication et de pose est importante
- la pression baromètrique sur le lieu de pose est plus faible.


Critères d'acceptabilité

Températures admissibles
Pour diminuer les risques de dégradation du vitrage isolant les températures des produits feuilletés éventuels et de la barrière de scellement ne doivent pas dépasser les valeurs suivantes :

Températures admissibles
- Composants feuilletés ≤60 °C
- Joint de scellement ≤60 °C

Si l'écart de température entre le centre du vitrage et ses bords est important il peut y avoir un risque de "casse thermique". Dans l'interprétation des résultats il faut tenir compte de ce risque pour déterminer s'il y a lieu de renforcer le produit verrier.

Contraintes admissibles
Contraintes admissibles dans les composants verriers
daN / mm2 (MPa)
Types
de verre
Vitrages verticaux
60 < β ≤ 90
Vitrages inclinés
30 < β ≤ 60
Vitrages horizontaux
0 ≤ β ≤ 30
Recuit
2,00 (20)
1,50 (15,0)
1,00 (10,0)
Trempé
5,00 (50)
3,75 (37,5)
2,50 (25,0)
Semi trempé
3,50 (35)
2,60 (26,0)
1,75 (17,5)

Réactions admissibles
La réaction admissible dans la barrière de scellement du vitrage isolant dépend du sysème de mis en oeuvre: traditionnelle en feuillure ou Vec / Vea :

Réactions admissibles (daN/cm)
M.O traditionnelle 0,9
M.O Vec / Vea 0,6


Déroulement des calculs
Les calculs des contraintes, des déformations dans les verres et des réactions dans le joint de scellement sont effectués en suivant les étapes ci-dessous :
- calcul des absorptions énergétiques des produits verriers
- calcul de la conductance de la lame de gaz
- détermination de l'ensoleillement et des températures extérieures et intérieures
- coefficients d’échange thermique surfacique
- calcul des températures des verres et de la lame de gaz
- calcul des pressions externes et internes au vitrage
- calcul des flèches et des contraintes au centre des verres


 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée