Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
L'émissivité du verre

 Trempe thermique des verres à faible emissivité

Lorsque deux surfaces sont en regard l'une de l'autre et à des températures différentes, elles échangent de l'énergie par "rayonnement".
Cet échange de chaleur est proportionnel à l'émissivité des surfaces. Un produit présentant une surface faiblement émissive échangera moins de chaleur avec son environnement qu'une surface fortement émissive.

L'émissivité normale d'un verre est égale à 0,89
L'émissivité des verres à faible émissivité est de l'ordre 0,10.


Il existe deux familles de verre de faible émissivité :

les verres à couche sous vide (couche C*) :
le verre est généralement trempé avant le dépôt de la couche afin de ne pas détruire la couche

les pyrolytiques (couche A*) :
le verre est trempé après le dépôt de la couche.

Les verres peu émissifs du type pyrolytique provoquent quelques difficultés de trempe engendrées par la dissymétrie de rayonnement des deux faces du verre (une seule face étant recouverte d'une couche d'oxydes métalliques).

Pour obtenir une trempe homogène (sans déformation), le volume doit être chauffé de manière symétrique et subir un refroidissement plus rapide qu'avec un verre ordinaire :

• une chauffe symétrique nécessite des consignes de chauffe différenciées entre la sole et la voûte (la face couche réagissant différemment aux rayonnements infrarouges émis par les résistances électriques)

• un refroidissement plus rapide : pour ne pas détériorer la couche peu émissive, le verre ne doit pas sortir trop chaud : 600° au lieu de 650° C pour un verre ordinaire ( une température de chauffe trop élevée détériore la couche d'oxydes métalliques et modifie les caractéristiques photométriques du double vitrage U). Ceci implique un refroidissement plus rapide (pression de trempe plus élevée).

De nombreux fours de trempe en activité ne possèdent pas toutes les caractéristiques techniques pour tremper ces verres peu émissifs dans de bonnes conditions.

Pour compenser les faiblesses de chauffe et de refroidissement, il est impératif de suivre les quelques enseignements suivants :
- mettre la couche côté rouleau d'entraînement pour une meilleure stabilité et un meilleur rendement.
- bien équilibrer la chauffe du four entre chaque fournée
- éviter de faire varier les formats et les emplacements des volumes dans le four (centrer les volumes)
- utiliser au plus 1/3 de la surface maximale de la fournée

* voir classement couches pr EN 1096.1

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée