Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Les défauts d'aspect


Fleur de trempe

Le procédé de trempe thermique introduit des zones de contraintes différentes dans le verre (créées par les buses de soufflage du caisson de trempe). Ces zones de contraintes produisent un effet de bi-réfringence dans le verre.

Quand le verre trempé est observé en lumière polarisée, les aires de contraintes apparaissent sous forme de zones colorées appelées fréquemment "peau de léopard" ou "fleur de trempe".

La lumière polarisée est présente dans la lumière du jour. L'importance de lumière polarisée dépend du temps ou de l'angle d'ensoleillement. L'effet bi-réfringence est plus important quand le verre trempé est examiné sous un angle incident faible ou à travers un verre polarisé.
C'est un phénomène inhérent à la trempe thermique et ne peut en aucun cas être interprété comme un défaut.

Irisation (Attaque chimique du verre)

En attente de son exploitation, de son utilisation ou de sa pose, le verre doit être stocké dans des conditions particulières pour éviter les dégradations dues à l'attaque chimique de l'eau.

Cette impression peut être provoquée par la chute d'eau sur le vitrage empilé ou par condensation, par variation hygrométrique de l'air liée aux variations de température (variations de températures diurne et nocturne, dans un bâtiment non chauffé).

L'eau, comme le verre, contient des éléments alcalins et acides qui vont réagir si le contact se prolonge. Les éléments acides de l'eau libèrent le sodium du verre (alcalin) lorsque la concentration est suffisante. Ce dernier attaque la silice. Après évaporation de l'eau, on observe un léger voile (toile d'araignée) : dépôt blanchâtre constitué de silicate de soude. Avec le temps, ce voile s'épaissit jusqu'à collage des deux feuilles de verre.

Si l'adhérence du dépôt est faible, un nettoyage de sa surface avec l'oxyde de cérium peut effacer la légère "irisation".

Si l'attaque est profonde, l'impression devient indélébile : seul un polissage avec abrasifs peut résoudre le problème (opération coûteuse). Le remplacement du verre est le plus souvent conseillé.

Pour éviter ces désagréments, il est recommandé :

1 – d'insérer des déshydratants lors des transports maritimes

2 – de retirer le verre de l'emballage dès réception en container

3 – de laver et sécher les vitrages si des traces d'humidité apparaissent

4 - de prévoir des magasins de stockage couverts, clos, secs et aérés. En saison froide, garder une température minimale de 10° C. En saison chaude, maintenir un taux hygrométrique inférieur à 70 %. Ne pas hésiter à ventiler par beau temps.

Franges colorées (franges de Brewster)


Un double vitrage comporte toujours quatre interfaces verre-air.
Si ces surfaces sont de très bonne qualité (très planes et d' épaisseur uniforme), les différentes composantes de la lumière blanche réfléchie (colorées en fonction de la longueur d'onde) peuvent se superposer (interférer) et faire apparaître, sous la lumière naturelle, un ensemble de franges colorées que nous pouvons observer tant par transparence que par réflexion.

Ce phénomène optique n'apparaît que sous certaines conditions d'éclairage, de température et de pression quand les épaisseurs des verres répondent à des tolérances extrêmement faibles et quand ceux-ci sont quasiment parallèles.

A la suite des variations de pression de l'air intérieur du double vitrage, les verres peuvent prendre une forme convexe ou concave qui engendre un déséquilibre du parallélisme variable dans le temps. En sollicitant un des verres par une légère pression, celui sur lequel est exercée la sollicitation se déformera davantage que l'autre et les franges d'interférence se déplaceront.

Un vitrage recouvert d'une fine couche ayant une épaisseur du même ordre de grandeur que la longueur d'onde de la lumière peut également faire l'objet d'un phénomène d'interférence. La présence d'agents tensioactifs (produits de nettoyage par exemple) en est un exemple marquant. Un phénomène tout à fait comparable peut être observé lorsqu'un film d'huile flotte sur l'eau.

Pour les doubles vitrages, l'apparition des franges d'interférence peut être limitée par l'utilisation de verres d'épaisseurs nominales différentes.

Le phénomène d'interférence n'est dû qu'à la très haute qualité des verres et aux légères variations de parallélisme dépendant des conditions climatiques. Il ne peut pas être considéré comme un défaut.


Anneaux de Newton


Quand la variation d'épaisseur de la lame d'air d'un vitrage isolant est égale à la demi-longueur d'onde de la lumière on observe, par réflexion ou transmission, un système d'anneaux à centre sombre dits "anneaux de Newton".

Ce phénomène se constate plus particulièrement par ciel couvert, par temps froid et quand la pression atmosphérique du moment est plus élevée que la pression atmosphérique à l'assemblage du vitrage isolant.

Il est particulièrement visible quand les deux verres arrivent à se toucher.

Dans ce dernier cas les anneaux de Newton sont considérés comme résultant d'un défaut de fabrication.

Déformations des images en réflexion

Une surface vitrée placée devant un fond sombre, qu' elle soit revêtue ou non d'une couche réfléchissante, fait effet de miroir.Dans certains cas nous constatons des déformations d'image réfléchie. Ces déformations sont d'autant plus gênantes que le verre est plus réfléchissant.


Lors de la fabrication du vitrage isolant l'air (ou le gaz) est emprisonné entre les feuilles de verre à la température et à la pression atmosphérique de l'atelier. A ce moment là, les pressions internes et externes sont en équilibre et, en réflexion, nous observons des images régulières.
Sous certaines conditions nous pouvons observer autant d'images, données par des miroirs séparés, qu'il y a de verres.


La pression de l'air peut se modifier sous l'effet des variations de température ambiante, des variations d'ensoleillement qui l'échauffent et de la variation d'altitude entre le lieu de pose et le lieu de fabrication.
Il résulte de cette surpression ou de cette contraction une déformation des verres, qui, de plans, deviennent convexes ou concaves. Les images réfléchies sont alors déformées.

Pour limiter cet effet, les vitrages isolants pourront être pré-conditionnés à la pression du lieu de pose quand l'écart d'altitude entre ce dernier et le lieu de fabrication est important.

Pour diminuer la déformation des images, lors d'une observation extérieure de l'immeuble, nous pouvons, sous certaines conditions, assembler le vitrage isolant avec un verre extérieur plus épais que le verre intérieur.

Ce phénomène de déformations d'images est inhérent au système du vitrage isolant. Il dépend du climat extérieur variable et ne peut pas être considéré comme un défaut.

La mise en oeuvre du vitrage isolant peut également engendrer des déformations d'image en réflexion. C'est le cas le plus fréquent quand le châssis n'est pas coplanaire ou lors de l'utilisation de système d'étanchéité à serrage .

Néanmoins, si nous respectons les prescriptions de pose, le risque de déformations est réduit au minimum.

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée