Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Entretien du verre dans le bâtiment

Les vitrages mis en œuvre dans le bâtiment peuvent être agressés de diverses façons :
• mécaniquement
• chimiquement

et nécessitent par conséquent un entretien périodique et des précautions sont à prendre durant :
• leur fabrication
• leur transport
• leur mise en œuvre
• leur durée d’exposition (leur durée de vie)

L’agression mécanique

Tout produit dont la dureté est supérieure à celle du verre peut provoquer des rayures superficielles. Aussi il est nécessaire de se souvenir de la position du verre dans l’échelle de dureté.

Dureté : dans l’échelle de Mohs, utilisée par les minéralogistes, et qui est rappelée ci-après :

1 talc
2 gypse
3 calcite
4 fluorine
5 apatite
6 orthose
7 quartz
8 topaze
9 corindon
10 diamant

Chaque corps raye les précédents et n’est pas rayé par les suivants. Le talc est donc le plus tendre puisque rayé par tous les autres et le diamant le plus dur puisque aucun corps ne peut le rayer.

Le verre, quant à lui, se situe entre l’orthose(6) et le quartz (7).

Le frottement sur la surface du verre d’un produit dont la dureté est supérieure à celle du verre peut provoquer des « griffes » ou « rayures » , mais plus ou moins marquées, rectilignes ou curvilignes, continues ou discontinues, d’aspect mat ou brillant.
Une limite admissible de ces irrégularités est tolérée dans la profession de miroitier techniverrier en rappelant toutefois les précautions à prendre durant la vie d’un vitrage.

Un vitrage plan livré chez un miroitier est agressé mécaniquement durant :
- son transport
- sa manipulation et sur la table de coupe
- sa manutention
- sa transformation (vitrage isolant, trempe …)
- sa livraison
- sa mise en œuvre sur le chantier

Ensuite il sera nécessaire pendant la durée du chantier d’assurer la protection du produit verrier contre les agressions des enduits maçonnés, peintures …

L’agression chimique

Dans certains cas, la surface du verre peut être altérée par l’atmosphère (pollution), les eaux de lessivage chargées de composants chimiques issus des matériaux de construction (plâtre, ciment, enduit…), les produits de nettoyage des éléments environnants…, ainsi que les produits de nettoyage du verre si ces derniers sont mal adaptés.

Par ailleurs la tranche de certains produits transformés (vitrage isolant, feuilleté…) peuvent être dégradés par des produits accessoires de mise en œuvre (mastic, cales) ou l’eau stagnante.

Précautions à prendre

- lors de sa transformation

Manipulés, transportés, découpés, les produits verriers sont sensibles à l’abrasion qui provoque des rayures par le frottement avec un produit dont la dureté est supérieure à celle du verre comme exprimé précédemment.

En ce qui concerne les vitrages isolants, lors de leur fabrication en atelier spécialisé l’attention sera portée en particulier sur l’opération de découpe, celle-ci pouvant laisser sur le verre des traces d’huile utilisée pour la lubrification des outils de découpe.
Par ailleurs le lavage du verre peut être la cause de dépôts après séchage, provenant du manque de pureté de l’eau de rinçage et, ou de l’air de séchage.

La manipulation des vitrages avec des palonniers à ventouses peut laisser sur le verre des traces de matières grasses. Bien que le verre ait la réputation d’être inaltérable à la plupart des agents chimiques, les dégradations produites par les agents atmosphériques peuvent être constatées, se manifestant par une irisation de la surface causée par l’action de l’humidité. Cette corrosion de surface appelée « irisation » et que l’on pourrait prendre pour une « salissure » est une dégradation physico-chimique irréversible du verre.

Un lavage et l’utilisation d’un matériel adapté et propre sont fortement recommandés.

- lors de sa mise en œuvre

Mis en œuvre en atelier ou sur chantier, les produits verriers demeurent encore fragiles et peuvent être soumis à des agressions mécaniques ou chimiques.

Mécaniques, des rayures pourront être constatées une fois le verre mis en place dans sa feuillure, rayures rendues visibles par l’incidence de la lumière environnante et provoquées lors de la manutention et mise en œuvre.

Chimiques, des traces de « coulure » de ciment particulièrement visibles sur les verres dits « à couche » pourront apparaître dans le temps.

Sur chantier il y a nécessité de veiller à la protection des vitrages jusqu’à la fin de travaux.

- lors de la finition du chantier

Le clos et le couvert, l’étanchéité à l’air et à l’eau étant réalisés, d’autres corps d’état interviendront et ce peut être que plusieurs mois plus tard que le nettoyage de fin de chantier sera réalisé.
Il sera alors nécessaire de bien veiller à ce que toute trace de ciment, de plâtre, de peinture, soit éliminée. Un lavage à eau claire avec produits tensioactifs à Ph neutre sera nécessaire.

Il faudra également veiller à ce que les trous de drainage des feuillures soient correctement débouchés afin qu’ils remplissent leur fonction dans de bonnes conditions.

Le nettoyage

Produits conseillés – Produits interdits

Pour le bon entretien des verres dans le bâtiment, le meilleur produit sera l’eau claire à laquelle l’on peut ajouter des produits courants du commerce non alcalins.

Les verres à couches nécessitent un entretien particulier.

Par contre, il est formellement interdit d’utiliser, pour effectuer le nettoyage des produits verriers de la soude et de l’acide fluorhydrique, ces produits provoquant des agressions chimiques irréversibles.

Il y a lieu de s’assurer de la compatibilité du produit verrier avec les produits de nettoyage des éléments environnants.

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée