Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Gérald Vatrin

Artiste designer
Né en 1971.
Originaire de Nancy.
Vit et travaille à Marseille.
Œuvres uniques, séries limitées.

Contact
60 Boulevard de Longchamp, 13001 Marseille.
E-mail : gvatrin@hotmail.com

Technique favorite
Soufflage


Galerie photos

  
  

L’élégance brute

Gérald Vatrin, comme Matteo Gonet, incarne la nouvelle énergie du verre artistique français. Ces nouveaux adeptes de la silice en fusion manient la canne sans aucun complexe, comme des enfants chahutant avec des épées de bois. Aux discours, ils préfèrent l’action, la casse, les ratés, les espoirs qui précèdent l’éclair de lucidité qui fait jaillir une bonne pièce de la « cueille ». Aujourd’hui, Gérald Vatrin expose et s’expose, après des années passées à tirer le verre pour les autres. Formé au Cerfav de Vannes-le-Châtel après un DNSEP de l’École des Images d’Épinal et un CAP des techniques du verre, il rejoint le Cirva de Marseille pour y assister artistes et designers invités, dont Jean-Michel Othoniel, Anish Kapoor, Erik Dietman, Pierre Charpin ou Ettore Sottsass avant de collaborer avec Philip Baldwin en 2000 et 2001 à Paris. Chemin faisant, il profite de toutes les occasions pour échafauder son propre jeu en « bousillant » du verre quand les fours sont libres. Lors des rencontres du soufflage de Sars-Poteries en 2004, il était partout, prêtant son souffle à sa bande d’amis qui le lui rendait bien. Cachées comme des œufs de Pâques dans un coin, quelques pièces achevées traduisaient sa quête préférée depuis des années : le rendu subtil d’effets de surface veloutés. « Quand j’ai commencé à graver le verre, confie-t-il, ma formation de graphiste est remontée à la surface, commente Gérald. Après m’être entaillé les mains sur un tour diamanté, j’ai saisi un micro-outil de gravure et m’en suis servi comme d’un crayon pour dessiner sur des formes spécialement conçues pour servir d’alibi aux motifs. Ce ne sont pas des galets, mais des univers graphiques, des mondes à part. » Gérald incruste frénétiquement toute la surface des pièces de motifs animaliers, préférant le rendu du « jeté » à la perfection du trait. « J’aime le brut élégant, avoue-t-il. » Le résultat évoque les dessins aborigènes ou africains. Normal, l’artiste mène ce qu’il appelle une « double vie » à Jene, au Mali, où il œuvre comme… céramiste local, connu pour réhabiliter des techniques ancestrales locales oubliées.

Thierry de Beaumont

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée