Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Bertil Vallien

Artiste
Designer
Né en 1938 à Sollentuna en Suède
Vit et travaille en Suède.

Contact
Afors
36194 Eriksmala
Sweden
Tél : 0471-411 81 Fax : 0471 –413 65
E-mail : bertil.vallien@orrefors.se

Design grandes séries et séries limitées
Oeuvres uniques
Architecture

Technique favorite
Moulage au sable
Soufflage
Taille à froid


Glace en fusion

Artiste, designer, chercheur, responsable d’atelier, professeur et conférencier, Bertil Vallien produit depuis les années 60 une œuvre généreuse et foisonnante, hissant le drapeau de la création à son pôle nord, le bassin verrier de Kosta Boda, au cœur des forêts suédoises. Passionné par la technique du coulage du verre sur sable, Vallien a exposé au nouveau Musée de Tacoma, près de Seattle. Une rétrospective inédite assortie d’une nouvelle production à faire frissonner!

De retour de Tacoma, Bertil Vallien livre ses impressions. « Une installation impressionnante sur 400 m2, dit-il, où j’ai découvert pour la première fois une rétrospective de mon travail depuis quinze ans. J’ai été étonné de l’accueil contrasté de ma dernière collection, Somna, Vakna. Les Américains ont eu peur ».

On peut les comprendre : Bertil Vallien a inventé la cryogénie artistique. Corps, visages et objets mystérieux apparaissent en translucidité dans la masse de blocs de verre alignés comme dans un cimetière. L’artiste invite à un captivant jeu de piste d’archéologie glaciaire dans lequel chacun cherche un signe familier. Cette collection, conçue en 2000, a été inspirée par l’histoire de Mr Moro, gentilhomme de Portland, dans l’Oregon, qui expérimentait, entre autres sur lui, la congélation humaine dans les années 30. Le coupable, Bertil Vallien, gamin de 65 ans, artiste généreux et bon vivant, n’a rien d’un croque-mort. « Je voulais que mon verre soit de la glace dit-il, le seul élément qui préserve intacts des témoignages poignants des drames du passé, comme ces corps qui surgissent un jour des glaciers. J’adore la vie, mais je m’éloigne de plus en plus de la séduction du verre décoratif que, paradoxalement, je produis par ailleurs ». Car Bertil Vallien, artiste et designer, est un Viking à deux têtes, qui se plaît dans une schizophrénie bien gérée depuis le milieu des années 60, date de son arrivée à Kosta Boda. Fondée en 1742, cette cristallerie est l’une des plus puissantes de Suède avec Orrefors (cette dernière l’ayant d’ailleurs rachetée en 1989 après plusieurs siècles de concurrence). Il signe alors un contrat inhabituel : six mois de design pour Kosta Boda et six mois de travail personnel en tant que sculpteur dans la même structure. Il s’installe dans la petite fabrique d’?fors, distante de quelques kilomètres de la grande manufacture, au cœur de l’immense forêt de la province du Småland, au Sud de la Suède. Une expérience inédite initiée par Erik Rosén, directeur visionnaire, qui autorise dès les années 60 les designers-maison à mener parallèlement leurs propres expériences artistiques.

Studieuse bohême
Le fonctionnement de Kosta Boda est unique. Il consiste à intégrer les démarches artistiques dans la stratégie marketing de l’entreprise, à la manière d’une cellule de Recherche & Développement. Les créateurs, souvent issus des écoles des Beaux-Arts, voient ainsi leurs carrières d’artistes financées par Kosta Boda : déplacements, publications, frais d’expositions. L’argent des ventes est versé à l’entreprise qui rétrocède un pourcentage à l’artiste. L’autre moitié du temps, ils dessinent et mettent au point les collections de la firme, respectant les cahiers des charges pointilleux dictés par les forces de vente. Ils doivent intervenir sur trois niveaux : pièces uniques, séries artistiques limitées, et grandes séries. La méthode possède avantages et inconvénients car ce système oblige l’artiste-designer à se partager en deux. « Parfois, raconte Bertil, je suis en plein cycle de concentration artistique et les commerciaux viennent gentiment me dire : ce serait bien que tu refasses du design… ». Il faut dire que si Kosta Boda chouchoute le Vallien designer, c’est qu’il a signé en 1981 la collection de verres « Château » la plus vendue au monde dans le secteur de la cristallerie avec 12 millions d’exemplaires, suivie d’autres best-sellers mémorables.

Depuis les années 70, plusieurs générations d’artistes se sont succédées à Kosta Boda. Bertil et sa femme Ulrica Hydman-Vallien, Monica Backström, Kjell Engman, Göran Wärff, Anna Ehrner, rejoints dans les années 80 par, entre autres, Ann Wahlström, Gunnel Sahlin, Christian von Sydow… Au début, l’esprit de l’entreprise est celui d’une communauté libre, presque bohême, qui donne une impression de candeur sylvestre. La réalité est différente. Les créateurs-maison sont des travailleurs acharnés qui mènent plusieurs carrières de front. Bertil Vallien en est le symbole. Designer, artiste, il enseigne, tout en voyageant dans le monde entier pour mettre en place de multiples expositions. Dans son atelier, il explore inlassablement toutes les techniques, de la gravure au sablage. Il est également le fédérateur de la verrerie, organisant les relations humaines à Afors.

Bertil Vallien, deuxième artiste après Libensky/Brychtova qui expose à Tacoma, est l’ami intime de Dale Chihuly, cofondateur du Studio Glass Movement américain et initiateur du musée. Au début des années 80, Bertil a donné des conférences et enseigné au centre de Pilchuck, près de Seattle, dirigé… par Dale. La liberté créative des artistes américains, soutenue par de nombreux galeristes et chantiers publics, a fortement influencé le Suédois, dans la plus pure tradition d’échange viking. Il ne lui manquait plus qu’une spécificité expressive qu’il a choisi dès son retour à Kosta Boda parmi ses multiples recherches : le sandcasting, coulage du verre en fusion dans un moule de sable. Pour un profane, la technique paraît simple. En fait, c’est l’une des plus délicates du verre artistique.

Ballet de louches
Première étape : estamper une forme à l’aide d’un gabarit en bois dans un bac plein de sable. Celui-ci n’a rien à voir avec celui des squares, il s’agit d’un mélange maison de terre, de charbon, de sable et d’eau. Sa surface est saupoudrée de graphite, afin qu’il ne fonde pas en contact avec le verre brûlant, puis d’émaux en poudre ou d’oxydes, qui donneront à la future pièce des reflets irisés ou colorés (pour rendre l’effet de glace, Bertil a utilisé de la poudre de mica). Bertil dispose ensuite dans l’empreinte des éléments décoratifs en matériaux réfractaires : visages ou corps en terre, petits personnages en métal, baguettes de verre colorées et torsadées. Vient le moment du coulage : dans un ballet réglé au millimètre et minuté à la seconde, les assistants cueillent des paraisons dans de grandes louches et emplissent l’espace creusé en négatif. Il faut vite arrêter le coulage, afin que le verre soit à la même température partout. Dernière étape périlleuse : transporter l’ensemble moule-verre en fusion vers l’arche de recuisson où il passera plusieurs jours. Certaines sculptures de Bertil ont déjà mesuré quatre mètres de long !

Plus de vingt ans de mise au point ont été nécessaires à Bertil Vallien et ses équipes pour maîtriser le sandcasting . Les inconvénients qui conduisent à la casse sont principalement les différences de température entre le cœur et la surface. L’arrivée des thermostats contrôlés par informatique et une bonne gestion de l’humidité du mélange sableux ont facilité la tâche de ces valeureux verriers alchimistes qui, aujourd’hui, font de la glace avec du verre et du sable.

Embarquements immédiats
Cette technique a permis à l’artiste de se créer une renommée internationale à travers une production majeure dans son œuvre, celle des « bateaux ». Un thème inspiré des embarcations vikings et de nombreuses mythologies où le navire représente à la fois la vie et le passage vers l’autre monde. Bertil raffole des anecdotes, légendes ou objets insolites qui traduisent souvent l’essentiel, comme le faisaient ses maîtres, Miro, Arp, Jung et bien d’autres. Maps, Pendulums, Area II, Faces, sont autant de séquences créatives prolifiques qui le conduiront jusqu’à la fameuse série des Heads en 2001. Ovales, bleu cobalt, à la fois identiques et toujours différentes, elles sont à la fois masques, statues ou fantômes. Bertil Vallien réalise également de nombreuses commandes publiques comme ce récent retable triptyque de 5,5 mètres de haut pour la cathédrale de Växjö, près de Kosta Boda. L’artiste a moulé de petites scènes liturgiques, invitant Adam et Ève, Marie-Madeleine, la Vierge Marie et l’Enfant Jésus à un divin casting.

La série Somna Vakna est, selon Bertil Vallien, sa plus grande réussite. Le sandcasting poussé à son comble, parfois exécuté en deux étapes comme pour le Graal, est la technique idéale pour évoquer la glace. De nombreux stagiaires venant du monde entier viennent l’apprendre dans son atelier. L’été, une fois sa journée de vingt heures terminée, Bertil Vallien rejoint son cottage d’Afors pour assister vers minuit au coucher de soleil. Son jardin : un lac et une forêt qui fait 3000 km de long. Son secret : il aime se ressourcer en peignant des aquarelles romantiques… suédoises, évidemment.

Sculptor and designer, Bertil Vallien is a master personage of international glass art since the 70’s. The new prestigious Museum of Glass of Tacoma, near Seattle, USA, provides him the opportunity to show a large representation of his artistic work including new ice like glass works. Bertil is also a world–famous designer who develops collections in Kosta Boda, the well-known suedish glass manufacture. « Chateau » a wine service created in 1981, is number one world best-seller in canteen glass. Kosta Boda is also exclusive Bertil’s agent in art. A unique strategy in craft industry.

Source : VERRE, volume 9, N°3. Juin 2003.



Galerie photos


[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] [11]

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée