Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Colin Reid

Artiste
Né en 1953.
Vit et travaille en Angleterre.
Sculptures, œuvres uniques.

Contact
http://freespace.virgin.net/colin.reid2

Technique favorite
Casting

Galerie photos

    
   

Colin Reid
L’artiste est connu dans le monde entier, ses œuvres sont présentes dans plus de 30 musées internationaux, mais ses apparitions sont rares, en France, sauf aux Verriales qu’organise chaque été Serge Lechaczynski dans sa Galerie Internationale du Verre, à Biot. La création de cet artiste britannique s’opère souvent à grande échelle, au niveau de la commande publique. À ce titre, en 1999, il réalise la sculpture monumentale « Bamboo Scroll » installée dans une grande bibliothèque de Shangaï (la cinquième au Monde). Mais ses sculptures de verre procèdent d’une quête plus intime que Colin Reid mène depuis les premiers temps de son travail. « Mon œuvre en verre, dit-il, est toujours issue d’autres milieux. Dès le début, quand les moules en plâtre faits dans les morceaux de bois me fournissaient une riche source de textures naturelles, je me suis de nouveau tourné vers la nature pour mon inspiration. Je me sers de la forme, je la modifie, utilisant aussi le verre moulé pour suggérer la matière originelle. »

Son attirance pour les matériaux qu’il marie au verre s’est portée successivement sur le bronze, le cuivre, puis le basalte, à la suite d’une invitation de résidence en Nouvelle-Zélande, à Auckland, ville bâtie sur cette lave cristalline. Il aime aussi le bois dans son état brut, voire « historique » ou anecdotique, fier d’avoir utilisé un morceau de palissage tiré d’un manoir élisabéthain proche de Stratford sur Avon, patrie de Shakespeare. Cet art de « récup » atteint son extrême quand la matière, elle-même, disparaît pour devenir moule ou empreinte et demeurer en mémoire à la surface frissonnante du verre. Un verre blanc ou bleuté marqué, comme un repère, d’une alvéole à la feuille d’or.

Colette Save. Courtesy Verre & Création.

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée