Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Barbara Nanning

Artiste
Née en 1957 à Den Haag, Pays-Bas.
Études à la Rietveld Academie d’Amsterdam 1974-1979.

Contact
WG plein 21, 1054 RA Amsterdam, The Netherlands.
Tél : +31-(0)20-6855036
www.barbarananning.info
E-mail: barbara.nanning@aie.nl

Sculpture
Architecture d’intérieur

Technique favorite
Soufflage
Taille à froid
Gravure
Céramique


Dame de verre

Céramiste reconnue aux Pays-Bas, Barbara Nanning a rencontré le verre en 1995. Depuis, elle a traqué la technique, bousculé les traditions jusqu’à partager son vocabulaire formel unique avec les maîtres verriers tchèques de Novy Bor, en plein cœur de la Bohème. Rencontre avec une femme de tête et de talent.

« Faire du verre, c’est comme surfer sur une vague, vous vous sentez bien, le plaisir est intense, mais il faut être attentif à tout. La moindre erreur et vous plongez ». Attentive à tout, Barbara Nanning l’est depuis le début de sa carrière. L’artiste hollandaise peaufine les moindres détails de tout ce qu’elle entreprend. Elle sait mener une équipe de six artisans verriers, travailler avec des architectes ou des programmeurs informatiques tout en gérant sa communication à l’échelle mondiale. Pourtant, quand elle montre ses œuvres, cette femme alerte garde toujours au coin du regard l’insolence naïve d’un enfant qui découvre une fleur ou s’éprend d’une situation inhabituelle.

Céramiste réputée dans le monde entier pour la justesse de ses formes souvent empruntées à la botanique, elle a su jouer des surfaces avec une dextérité incomparable. Ces pièces de terre laquées 40 fois avec de la stéatite, (silicate de magnésium naturel dite craie de Briançon) aux couleurs franches traduisant l’âme des pigments, lui ont valu un succès international, notamment au Japon où elle a séjourné. Mais voici qu’elle se change en dame de verre pour une exposition à la Galerie Clara Scremini à Paris. Plus de la moitié de son show propose des pièces d’une maestria technique indiscutable, jouant de la profondeur, des multicouches et de la gravure. Barbara Nanning et le verre, une histoire faite de patience et de ténacité.

Après ses études à la prestigieuse Gerrit Rietveld Academie d’Amsterdam (section céramique), Barbara impose rapidement son talent dès le milieu des années 80. Entrecoupée de voyages initiatiques en Cappadoce, au Mexique et au Japon, sa carrière internationale est récompensée de nombreuses fois. En 1995, la cristallerie hollandaise Royal Leerdam invite, comme chaque année, des artistes à réaliser des pièces uniques. Ils choisissent une céramiste, Barbara Nanning, fait très rare dans l’histoire de cet événementiel. Le cristal devient son nouveau terrain d’expérimentation. Elle abandonne pour un temps la couleur si chère à ses yeux. « Au début à Leerdam, explique-t-elle, je voulais me concentrer uniquement sur les formes et les surfaces. Une fois satisfaite, après deux ou trois ans, j’ai utilisé la couleur qui nécessite beaucoup d’attention ». Entourée des plus grands maîtres verriers hollandais, elle développe une série de pièces uniques qui feront date. La maîtrise de l’équilibre des masses, des ouvertures, le jeu des surfaces limpides ou sablées la propulse vers l’intérieur des œuvres qu’elle avait jusque-là recouvertes de couleurs. Après cette expérience, Barbara Nanning retourne dans son atelier céramique avec un nouveau projet en tête : insérer son travail dans l’architecture. Ce qu’elle fait avec brio en posant quelques sculptures monumentales en Hollande. Elle n’hésite pas à s’entourer d’architectes et de programmeurs informatiques pour développer des projets de plus de deux mètres de haut.

Le verre reste une préoccupation majeure. Elle sait qu’il faut du temps et des moyens mais se lance dans l’aventure. La méthode Barbara Nanning se met en place. L’artiste décide de visiter de nombreux ateliers en Angleterre, Italie et Danemark pour finalement opter pour la Tchéquie, captivée par l’histoire du verre de Bohème. Novy Bor lui offre la qualité technique et l’enracinement dans une tradition. « J’ai préparé le terrain en envoyant des photos de mon travail afin qu’ils puissent appréhender l’ensemble des formes et mon souci de perfection des finitions, dit-elle. Puis, j’ai apporté des croquis et leur ai expliqué précisément ce que je voulais. Le premier jour, visite de l’usine pour saisir l’ambiance de travail. Le lendemain matin, nous avons commencé. Je leur ai dit : vous avez trois semaines pour réaliser les pièces, je tiens à ce que cela soit fini dans les temps et parfait ».

Une équipe de trois maîtres verriers souffleurs assistés de trois assistants exécutent les projets. On est loin de la tradition romantique de Bohême, mais le savoir-faire est là, du soufflage à la gravure. Une connivence s’installe et la collection sort en temps et en heure. Barbara Nanning autofinance l’opération. Gage de sécurité, elle sait exactement ce qu’elle veut.

Le résultat est saisissant de prouesses techniques : couleurs, multicouches de verres transparents ou colorés, surfaces vibrantes, parfois entamées par une gravure faite « à vue » en tenant la pièce lourde à bout de bras. La nature, une fois encore, lui a servi d’inspiration comme dans ces géodes ouvertes révélant des cristaux géants.

« Le verre est beaucoup plus intense, rapide, confie-t-elle. Avec une équipe, il faut bien expliquer avant et répondre instantanément, quitte à changer de direction pendant l’action. C’est un travail d’équipe comme celui d’un réalisateur de film. La céramique, en revanche, est plus spirituelle, le processus de réalisation est long. Il m’arrive de m’isoler dans mon atelier pendant deux ou trois mois et personne n’est autorisé à entrer ! Les deux sont parfaitement complémentaires ».

Dame de verre ou dame de terre ? Barbara Nanning aligne pour le futur une autre carte, celle de l’architecture. « Pendant les cinq années à venir, je vais me consacrer au monumental. Je travaille actuellement sur l’aménagement de la salle à manger première classe d’un navire de croisière de 260 mètres de long. Sur le plafond, je réalise 14 fleurs de 2 mètres d’envergure ». Prochain rendez-vous avec le verre, peut-être avec l’architecture ? « Je ne dis jamais non à un projet, conclue-t-elle d’une voix timide ».

Famous ceramist in Holland, Barbara Nanning met glass in 1995, as a guest invited by Royal glass factory of Leerdam. Since, she searches for technical perfection to put on glass her formal vocabulary influenced by natural topics. In Novy Bor glass factory, located in Csech Republic, she has found both inspiration of Bohemia tradition and a real good team of glass masters to work with. Her parisian exhibition in Clara Scremini gallery is a lesson of technics and feeling.

Par : T.B.

Source : Verre, volume 7, N°6. Janvier 2002


Galerie photos


[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7]

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée