Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Paolo Martinuzzi

Artiste
Né à Venise en 1933.
Vit et travaille en Allemagne.

Contact
Kloster - Paradiese
Dr. Thomas Oyen
Im Stiftsfeld 1, D-59494 Soest.
Tél : 00 49 2921 3610058
http://www.martinuzzi.de

Activité
Sculpture

Technique favorite
Gravure sur verre

Galerie photos

[1] [2] [3]

Paolo Martinuzzi, Venise forever

Sculpteur, peintre, le Vénitien Paolo Martinuzzi est avant tout philosophe. Il grave le verre, découpe le métal, coule le bronze et entame le bois, mais la vie est son matériau privilégié. Indifférent aux prouesses techniques, l’artiste préfère se concentrer sur l’aura de ses personnages.

Libérées de tout artifice, ses œuvres concentrent lignes et gestes tendus pour mettre en présence la réalité de l’angoisse, de la stupeur… Bouches béantes, yeux écarquillés et mains démesurées, ses créatures issues d’un théâtre de rue mêlent candeur et dureté pour provoquer la conscience. Elles semblent à la fois investir un igloo inuit et la caverne de Platon : l’intensité des regards et les positions des silhouettes reflètent les caractères humains, chaque détail participe à rendre un visage plus vivant et l’ancre dans la réalité.

Autodidacte, installé en Allemagne depuis une vingtaine d’années, Paolo Martinuzzi a grandi à Murano. Ses parents l’ont familiarisé au travail de la couleur, de l’albâtre, du fer, de la pierre ou du verre. Un savoir-faire qu’il applique dès 1953. D’abord en peignant à mains nues, puis en dessinant sur le verre avec une aiguille, en suivant le conseil d’un dentiste écossais de passage. Déterminé à ne pas participer au commerce bon marché du verre vénitien, Paolo Martinuzzi choisit de travailler à la manière de Dubuffet, du Facteur Cheval, et surtout, à sa façon : tous les outils se révèlent efficaces pour poser ses réflexions métaphysiques. Le verre gravé se marie au fer et s’associe au bois.

Parfois, le bronze ou la pierre joue en solo. Mais l’artiste avoue toujours revenir à Venise pour : « la lumière, la transparence de son verre… »

Source : Verre & Création, N°33. Décembre 2003.

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée