Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Jean-Paul van Lith

Artiste
Né à Argenteuil en 1940.
Œuvres uniques.

Contact
44Bis impasse St Sébastien 06410 Biot.
Tél : 04 93 65 13 47.

Technique favorite
Mixed media


Galerie photos

   
  

Jean-Paul van Lith - Double jeu
Créateur incontournable Jean-Paul van Lith, qui vit et travaille à Biot, est présent dans une trentaine de musées français et étrangers. D’aucuns le connaissent comme céramiste, d’autres comme verrier… À dire vrai, Jean-Paul est un artiste qui n’a jamais cessé de peindre. Et quand il ne peint pas, il écrit. Son éternel sourire rassure ceux qui tombent en arrêt devant ses pièces, si diverses d’apparence, mais tellement semblables en réalité, puisque bâties sur l’authenticité, la force, et la gestuelle.

Formé comme céramiste à l’école des Arts appliqués et verrier autodidacte, Jean-Paul n’a jamais oublié les années 68 où il découvrait la peinture américaine en ce qu’elle avait d’explosif : De Kooning et Barnett Newman.

Tout au long de ce parcours, le créateur travaille sans filet. Et il choisit l’année où son œuvre céramique est sacralisée au Musée de Sèvres (1991), pour engendrer des sculptures en verre optique : totems, assemblages, compressions, hautes en couleur ou dorées à la feuille.

Fin 2005, Jean-Paul van Lith nous offrait un bouquet d’événements : monumentales céramiques (mais peu de verre) à Paris dans l’immeuble érigé par Mallet-Stevens au 15 Square de Vergennes, céramique et verre à la Galerie Art Pluriel de Lyon, ainsi qu’au musée de Biot.

« Avec le verre, dit-il pour brouiller les cartes, j’influence le regard qu’on porte sur la céramique. Car l’émail, c’est du verre, une matière fluide et limpide qui capte la lumière et réveille les rouges ardents de la peinture inscrite dans la terre… » Il y a du chinois, dans tout cela : le laqueur de la tradition ne cachait-il pas son décor sous trente-sept couches pour que la lumière paraisse sourdre des profondeurs de la matière ?
C. Save.

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée