Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Christian Ghion

Designer
Né en 1958 à Montmorency, France.
Vit et travail à Paris.

Contact
156, rue Oberkampf
F-75015 Paris
Tél : 00 33 1 49 29 06 90
Fax : 00 33 1 49 29 06 69

Séries limitées ou moyennes séries

Technique favorite
Soufflage


Galerie photos

[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7]

L’instant V

Christian Ghion, designer, scénographe et architecte d’intérieur reconnu comme l’un des meilleurs de sa génération, accumule des réalisations prestigieuses et médiatiques. Loin des feux de la rampe, il trouve sa plénitude dans… la tempête en fusion des fours de verriers. Salviati, Daum et l’Italien Driade lui font confiance pour composer des gammes innovantes, pointues où le risque du crayonneur côtoie le savoir-faire d’artisans chevronnés. Et cela marche plutôt bien.

« Le roi Ghion », titrait récemment un célèbre hebdomadaire féminin dans un article consacré à ce designer atypique qui s’est construit une carrière à coup de bravoure et de bravades. Malgré son physique d’acteur mafiosi, ce lion au cœur d’agneau allie fragilité et courage en se mettant constamment en danger dans chacun de ses projets variés, allant du mobilier à la décoration intérieure en passant par l’organisation d’événements et la scénographie. Témoin cette année 2004, l’année Christian Ghion.

On lui doit en effet la nouvelle boutique Chantal Thomass, rue Saint-Honoré à Paris (un boudoir contemporain en Dacryl© et Corian©) et celle de Jean-Charles de Castelbajac, univers polyvalent de 250 m2. À venir en novembre : le « Restaurant Élémentaire » de Pierre Gagnaire installé pour deux semaines dans les Grands Magasins du Printemps et de nombreux objets pour le prestigieux éditeur italien Driade, proposés au prochain salon de Milan. Mais le jardin secret de ce défricheur acharné à la quarantaine robuste, son espace de liberté et de jouissance, c’est le verre. Depuis cinq ans, il sort régulièrement des collections étonnantes, très professionnelles, comme s’il n’avait fait que cela toute sa vie.

Associé à ses débuts avec Patrick Nadeau, autre talentueux phénomène, (voir Verre Vol. 10, N°1), Christian Ghion a volé en solo en 1998, multipliant les expériences pluridisciplinaires. La liste de ses réalisations est longue, de Cappellini à Driade, de Neotu à Sawaya & Moroni et Tarkett. Ses œuvres sont exposées au VIA, à la Fondation Cartier, au Musée des Arts Décoratifs au Musée Georges Pompidou et présentes dans de nombreuses collections internationales. Dans cette vie partagée avec les crayons ou les souris de PC, il manque une dimension physique pour ce bouillonnant créateur. La collection de vases en verre soufflé Insideout, élaborée en 1999 à la Verrerie de Vianne, provoque chez lui un électrochoc salutaire. Une révélation, celle de l’instantanéité, du four, de l’aléatoire, du risque et de l’émerveillement de gamin à sortie du four de recuisson. Mais la tâche est rude et les maîtres verriers ne font pas de cadeau à ce parisien designer. Finalement la sauce prend et une collection stupéfiante, présentée à la galerie parisienne Neotu et éditée par XO, voit le jour. L’affaire est consommée avec succès, puis digérée. En 2002, Daum fait appel à lui pour créer une pièce dans la nouvelle collection 12+1 de Daum Design (sortie en octobre, voir revue Verre Vol. 10 N°4). Christian Ghion fait réaliser par les modeleurs de l’Atelier de Nancy Gorgonia, une pièce techniquement délicate, formée d’une résille de pâte de verre flottant sur un noyau. Une bravade qui, 500 heures de mise au point plus tard, voit le jour au grand étonnement de notre trublion.

Quand Salviati cherche un designer français pour concevoir une collection, la maison française implantée à Murano choisit Christian Ghion, séduite par la qualité des vases Insideout. Un heureux hasard est à l’origine de ces pièces fines et puissantes. « J’ai proposé quelques croquis de formes oblongues savamment arrondies, raconte-t-il. Sur les dessins, j’avais indiqué les lignes de force volumétriques par des traits croisés. Salviati les a pris pour des motifs et exécutés en fines gravures. Le résultat s’est avéré extrêmement satisfaisant ». Trois couleurs judicieuses, dont un noir osé pour une collection grand public, et une finition abrasée à la main complètent l’ensemble couronné par un succès au dernier salon Maison & Objets. Mais le grand plaisir du designer fut sa visite à Murano pendant quelques jours pour mettre au point la collection. « C’était frustrant de rester si peu, dit-il, mais le timing de ces maestri est compté. J’en ai profité néanmoins pour faire des recherches. J’ai découvert que naissait, pendant le soufflage, des pièces intéressantes impossibles à dessiner. Je disais souvent : n’y touchez plus, stop, c’est parfait ! C’est ainsi qu’est née l’ébauche d’une deuxième collection de vases qui va sortir en janvier. J’apprécie particulièrement la chaîne mise en place chez Salviati qui associe dans la même dynamique l’atelier, la direction artistique et le commercial, ce qui permet aux designers de s’intégrer aisément ».

Christian Ghion est le designer français le plus impliqué dans le verre. Au moulage et au thermoformage, il préfère le soufflage, plus impétueux. « La matière te tient constamment tête, dit-il. Un bon dessin peut devenir une pièce médiocre sans que l’on sache pourquoi. Sans parler des accidents, dont certains sont heureux, qui permettent de changer radicalement un projet en une seconde. Et bien sûr, l’instant T, dimension incontournable du soufflage. Quelquefois, j’ai envie de tout arrêter comme lorsque l’on appuie sur la touche pause d’un magnétoscope. Trois secondes plus tard, tout est différent et le verrier envoie la pièce à la casse malgré mes supplications ».

Une pièce inspirée par Gorgonia, mais simplifiée, en préparation chez Daum, Deux nouvelles collections chez Salviati dont une de luminaires monumentaux, des séries chez l’éditeur Driade, le monde du verre a trouvé son designer modèle. Celui qui s’immerge dans le verre corps et âme, et pour qui chaque visite en atelier est une épreuve fanatique. S’il n’y avait pas de cannes, il cueillerait le verre à mains nues.
Thierry de Beaumont

Christian Ghion, designer, scenographer and architect recognized like one of the best of his generation, accumulate prestigious and media achievements. Far away from limelights, he finds his plenitude in the storm in fusion of the glassmakers furnaces. Salviati, Daum and Driade trust him to compose innovating ranges, where the risk of the crayonnor meets the best technical maestri of glass know-how. And that goes rather well.

Source : VERRE - Volume 10, N°5. Octobre 2004.

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée