Accueil | Espace junior | Plan du site |  Contact 

 
Le Verre
Histoire du verre
Petite encyclopédie
Verre plat
Verre creux
Verre renforcement
Verres spéciaux
Verre artistique
Recherche
Recherche verrière
USTV
GDR
Environnement
REACH
Engagements verriers
Recyclage du Verre
Organismes
Ressources
Dossiers thématiques
Lexique
Formation verrière
Organismes officiels
Liens utiles
Frida Fjellman

Artiste
Vit et travaille en Suède.
Œuvres uniques.

Contact
http://hem.bredband.net/frifja

Technique favorite
Mixed media, verre soufflé…

Galerie photos

     

La fée des glaces
Jeune plasticienne suédoise, Frida Fjellman représente la nouvelle génération de créateurs scandinaves. Portant les arts décoratifs et l’artisanat aux limites de la sculpture, revisitant radicalement les fondamentaux nordiques, Frida Fjellman transforme d’un coup de baguette un environnement qu’elle trouve trop frileux.

Formée à la célèbre école américaine Pilchuck, section « néon à la flamme », Frida expose depuis quelques années dans les plus grands musées européens. Chaque lieu reçoit une série d’installations différentes, des micros paysages imbriquant des éléments de décoration intérieure et des sculptures zoomorphes en verre et céramique. Rapidement, le visiteur se sent troublé, ses repères dérapent sur les miroirs, les textiles de maison, meubles et autres lampes-nuages. Seuls compagnons de ce spectateur, des lemmings, hiboux, castors, lapins et hermines, dont certains sont lumineux.

Frida Fjellman s’explique : « Mon travail consiste à créer des atmosphères, des petits mondes associant des éléments de décoration intérieure habituellement présents dans nos maisons et des animaux inspirés de la tradition suédoise. Ils évoquent des symboles forts, précise-t-elle. Les gens y projettent souvent leurs sentiments. » Une aventure qui interroge l’esthétique des styles et déshabille la hiérarchie des symboles : l’hermine, animal royal, se retrouve encerclée par des rats des champs. « C’est ma réponse au baroque, confie-t-elle. » Cela fait trente-cinq ans déjà que la Suède a vécu la révolution design des années soixante-dix. Frida sait qu’il est temps d’enlever les toiles d’araignées et de pousser son balai (de fée) un peu plus loin dans la provocation. Côté savoir-faire, le changement est aussi radical. Du verre, elle a retenu le travail au chalumeau, peu utilisé en Suède, et le miroir pour son pouvoir de réflexion bien connu. Sans oublier les néons, qu’elle transforme en éclairs ou en frontières lumineuses de son rêve. Sa céramique quitte l’influence japonisante très prisée outre-Baltique pour se faire figurative. Ses volcans et animaux émaillés, sont d’un réalisme « impressionniste ». En ce début d’année, Frida Fjellman présente deux installations au Glasmuseum de Vaxjö, puis au Röhsska Museet de Göteborg. Des projets où le verre à la flamme demeure un outil indispensable. « Mes récents travaux reflètent mon attirance pour des objets soignés et raffinés, confie l’artiste. Un luxe sympathique, rempli de tendresse. » Ce « tender luxury » réchauffe le cœur des anciens, ceux qui accrochaient aux lambris des murs de leurs cottages les célèbres aquarelles romantiques pastel, invitant les paysages dans les maisons aux fenêtres sans rideaux. Frida sait qu’il y a deux choses sacrées en Suède : l’accueil chaleureux des habitants et la nature. Une leçon à méditer sous nos latitudes égoïstes.

Thierry de Beaumont, Claire Gaillard

 
 
 
 
Mentions légales

Protection de la vie privée